ECONOMIE: Comment l’agrobusiness vole aux pauvres leurs moyens de subsistance et un aliment vital

1 février, 2012 - Envoyé par Ibrahima Sarr - 1 Commentaire - Lu 4608 fois.

La filière lait au Burkina

Un nouveau rapport de GRAIN met en évidence l’importance du lait pour les moyens de subsistance et la santé des pauvres dans de nombreux pays de l’hémisphère Sud. La plupart des marchés laitiers sont alimentés par des petits vendeurs qui collectent le lait chez des petits agriculteurs et des petits éleveurs. Mais ils sont actuellement menacés par des entreprises laitières comme Nestlé, ou d’autres acteurs comme PepsiCo et Cargill, qui s’efforcent de s’emparer des secteurs laitiers de ces pays, depuis les fermes jusqu’aux marchés.

Le « lait populaire » concerne des centaines de millions de personnes à travers le monde, qu’il s’agisse de petits agriculteurs et d’éleveurs nomade ou de fromagers et vendeurs de lait frais locaux. Ils fournissent un lait sans risque, nourrissant et abordable, à des centaines de millions de familles pauvres.

Quatre-vingt pour cent des marchés laitiers dans les pays en développement sont alimentés par ces systèmes de « lait populaire », souvent appelés le « secteur informel »

  • Les systèmes laitiers à petite échelle dans le Sud créent 200 emplois ruraux par million de litres de lait et par an à comparer à 5 emplois ruraux par million de litres de lait par an dans les systèmes de production laitière industrielle du Nord
  • Au Pakistan, au Kenya et en Colombie, le lait frais populaire se vend à la moitié du prix du lait conditionné dans les supermarchés.

Des petits agriculteurs, éleveurs et vendeurs font un travail formidable pour alimenter les marchés de produits laitiers en pleine croissance dans les pays du Sud. Le problème est que de grandes entreprises s’intéressent à ces mêmes marchés et qu’elles utilisent la manière forte pour les voler aux pauvres, avec le soutien des gouvernements.

  • Des accords commerciaux bilatéraux permettent à des sociétés multinationales laitières de pratiquer périodiquement un dumping avec du lait en poudre subventionné et de casser les prix par rapport aux producteurs locaux
  • Des règlementations et des normes privées sont orientées en faveur des grandes entreprises et ferment les marchés au lait du peuple.

Des investisseurs financiers et des grandes entreprises laitières unissent leurs forces pour mettre en place des méga-fermes laitières dans tout les pays du Sud. Le fonds d’investissements spéculatifs de Cargill consacre actuellement 300 millions de dollars à des fermes laitières industrielles en Chine et en Inde. La plus grande coopérative laitière du monde, Fonterra, construit des fermes en Chine, en Inde et au Brésil à une échelle qu’elle n’aurait jamais pu se permettre dans son pays d’origine, la Nouvelle-Zélande. Au Vietnam, une banque est en train de faire construire une ferme de 137 000 vaches. Ce sont là des catastrophes écologiques et sociales, sources de difficultés pour des millions de personnes.

Plusieurs actions et mesures sont suggérées pour arrêter l’appropriation des marchés laitiers par les grandes entreprises :

  • Des tarifs douaniers élevés, généralisés pour empêcher le dumping périodique de lait en poudre importé et de produits laitiers bon marché
  • Une réorientation de la production laitière vers les marchés nationaux dans les pays exportateurs, avec des programmes de type gestion de l’offre
  • Des systèmes de sécurité alimentaire adaptés aux besoins des populations, pas aux résultats financiers des entreprises
  • Le boycott des grandes entreprises laitières et des supermarchés
  • Des campagnes de désinvestissement ciblées sur les fonds qui investissent dans la production laitière industrielle dans les pays du Sud
  • Une solidarité à l’intérieur et à l’extérieur des frontières entre les producteurs laitiers, les petits vendeurs et transformateurs, les consommateurs et les travailleurs de l’industrie laitière

Le lait du peuple fait face à des forces puissantes. Mais l’expérience en Colombie et ailleurs montre qu’il peut l’emporter parce qu’un très grand nombre de gens en dépendent de pour leur subsistance et le bien-être de leurs familles. C’est précisément le type de systèmes alimentaires dont le monde a besoin pour traiter la pauvreté, la faim et le changement climatique et nous devrions tous les soutenir.

Le rapport complet, La grande arnaque du lait : Comment l’agrobusiness vole aux pauvres leurs moyens de subsistance et une source d’alimentation vitale, est disponible ici :http://www.grain.org/e/4419

Fin de citation

Cette arnaque du lait par l’agrobusiness n’existe pas (encore !?) au Burkina, mais, par contre, le lait en poudre et les substitut du lait concentré sucré (graisse végétale + sucre + trace de poudre de lait écrémé) sont omniprésents. Mais mieux vaut prévenir que guérir. C’est, entre autres, pour se protéger d’une telle tendance que l’Union nationale des Mini Laiteries a été mise en place au Burkina.

J’ai participé il y a quelques jours à un enregistrement de l’émission « Parlons-en ! » de la télévision nationale sur le développement de la filière lait au Burkina. Cet enregistrement devrait passer dans les prochains jours. Trois membres du bureau national de l’Union des Mini Laiteries et un représentant du Ministère des Ressources Animales ont pu échanger… Il semble que la voie du dialogue soit aujourd’hui largement ouverte. Il reste à l’emprunter !

En attendant, j’invite les burkinabè à être attentifs pour ne pas manquer cette émission.

(Source: ABC Burkina)

Share

1 commentaire

belly sarr

28 avril 2012 à 23:50    


Ñaawoore tuubakooɓe : Goomu korgol e ñaawgol, caggal nde jooɗii, hawri ko Baydi Kacce gooto tan waawaa warde Abel Sanndee, sabu e miijo maɓɓe, Baydi ko nelaaɗo tan, etee alaa waawɓe nelde mo so wonaa hoohooɓe Tooro, hono saliiɓe lelnande Tuubakooɓe daaɗe. Nii woni, hoohooɓe Tooro fof, wonande gure keewɗe, tuumaa ko kam en mbari Abel Sanndee. Nii woni Tuubakooɓe ɓee njaggi Laam Tooro Sidiki Sal, e Baydi Kacce, e Mammadu Yero Sal, e Elimaan Abuu Kan. Ɓe njaggaa, ɓe nawaa Podoor, ɓe cokaa toon. Ngam falaade yimɓe yiɗɓe arde faabaade sokaaɓe ɓee, e ngam hulde dille e iiñcere e nder Tooro, Tuubakooɓe ɓee ngaddi soofaaji mum en (soldateeɓe maɓɓe) haa keewi, ɓe njoƴƴiniɓe e nder wuro Boode (to fuɗnaange Tooro), kam e nder wuro Ɓokkol (to hirnaange Dimat).

Obri Lekonte toɗɗaa yo won kumaandaŋ seerkal Podoor, o lomtoo Abel Sanndee, kadi o ardoo goomu neldaangu Podoor ngu.

Tuubaako biyeteeɗo Toteŋ (« Tautain »), hono kalfinaaɗo geɗe politik to Ndar), neldi Obri Lekonte ooɗoo telegaraam : « Hoto mbardiree Baydi Kacce ɗeɗɗere, hoto pellee mo, kono taƴee daande makko mbele omo waasa naatde aljanna, mbele kadi, kala ɓe o waɗdunoo junngo e faandu ina ngitta e hakkillaaji mum en wonde so mbarii tuubaako, ma naat aljanna ! »

Baydi Kacce, e Laam Tooro Sidiki Sal, e Mammadu Yero Sal ñaawaa ñaawoore warngo. Elimaan Abuu Kan (mawɗo kantoŋ Tooro) ɗaccitaa, yaltinaa, e ballal banndiiko gorko, hono kapiteen Mammadu Raasin.

Ñalnde 10 settaamburu 1890, saanga waktuuji joy subaka, e gardagol Obri Lekonte, Baydi Kacce Paam, e Laam Tooro Sidiki Sal, e Mammadu Yero Sal ngaddaa hakkunde dingiral wuro Podoor, ina mbaree. Hoohooɓe Tooro fof mbaawnaa yo ngar, tawtoree warngo maɓɓe. Kono yimɓe wuro ngoo noon calii arde tawtoreede, ngam hollude sunaare mum en.

Ko Baydi Kacce adii waɗeede takko. Caggal nde o fellaa, Tuubakooɓe ɓe taƴi daande makko, tufi nde e leggal, ñiɓi leggal ngal hakkunde dingiral ngal ; nde ɓe ngasnunoo, ɓe mbeddii ɓalndu Baydi ndu e nder maayo, mbele e wiyde maɓɓe, « noodi ina ñaama ɓalndu makko, o waasa naatde aljanna, mbele kadi, yimɓe ɓe ina kulta haɓde e Tuubakooɓe ! »

Ɓe ndewni heen ko Laam Tooro Sidiki Sal. Mammadu Yero Sal sakkitii wareede. Gooto e maɓɓe fof, waɗaa ko no Baydi Kacce wardiraa nii. Koye maɓɓe tati fof ngoppaa ɗoon balɗe, ina ñiɓii e leɗɗe.

Pawe e alamaan e kubbal

Caggal nde warngo ngo gasi, Obri Lekonte winndi pillitol mum, neldi ngol to Ndar, to Toteŋ, hono hooreejo geɗe politik, ñalnde 13/9/1890. Toteŋ jaabtii mo ooɗoo telegaraam : « Gure Tooro keewɗe, hono Gede, e Njum, e Giyaa, mbaɗdii e waraaɓe ɓe junngo e faandu. Ɗum noon, habru mawɓe ɗeen gure fof, kam e hoɗɓe heen ɓee fof, wonde Guferneer Ndar (kalfinaaɗo Ndar) fawii ɓe kubbal gayi teemedde jeetati (800) joɓeteeɗi jooni jooni, etee ko alaa e sago ɗum yoɓee. Yetto e diiwaanuuji Tooro jaɓnooɗi peccitagol men ngol, kabraa ɓe kamɓe ne, wonde haa jooni eɗen keddii e peccitagol ngol, kam e jeewte ɗe Abel Sanndee waɗnoo, e nder lebbi sulyee, e ut 1890. Etee, hoto yejjit hay sahaa gooto, wonde kala ko heɓanoo e ɗeen jeewte, heɓiraa ko sabu tiiɗnaare Abel Sanndee. Etee, hoto yejjit hay sahaa gooto, wonde ngonka Tooro moƴƴanaano en, saanga nde mo Abel Sanndee lomtinoo oo nodditaa nde. Yoga e Toorankooɓe ngonanaano en, e oon sahaa. Ɗum noon, wonaa jooni pot-ɗen yejjitde ko mbaɗ-ɗen ko, etee ko sabu ɗuum Abel Sanndee wardaa. Eɗen poti tabitinde ko mbiyno-ɗen ko, eɗen poti joofnude ɗum, e siifde ɗum, ngam falaade jaatirgol caggal wallidiiɓe men, e ngam anndinde ɓe wonde laawol ngol per-ɗen ngol ko laaɓtungol, ko e maggol tan ndewaten, etee hay dara ittataa en e maggol. Eɗen poti jokkude e rewde e maggol, sabu koye tati tiiɗɗe ɗe taƴ-ɗen ɗee, e peeje goɗɗe ɗe njogor-ɗen ƴeftude ɗee. Sakku kala peeje ballitooje en heɓde ngonka moƴƴa, mballitoowa en siynude laawol men politik ngol puɗɗi-ɗen tabitinde, e heɓde heen ko yiytinii !

Hooreejo geɗe politik : Toteŋ

Ñalnde 15/9/1890. Obri Lekonte jaabtii mo ooɗo telegaraam:- « Jamirooje maa fof ciynaama. Laawol goonga fawaama e Sidiiki, e Mammadu Yero. Alaa caɗeele kawraaɗe. Hoɗɓe e Podoor fof nana ciñña kulol, ɓe kulii hay yaltude e cuuɗi maɓɓe, e arde tawtoreede warngo ngoo. Ko fayti noon e tohnugol e ɓittugol gureTooro, ɓur-mi yiɗde ko kubbal ngal adoree, ko yaaccii. Ma mi winndu Laam Tooro Siidi Abdul, e hoohooɓe Tooro, mbele eɓe mballita en e deeƴre, e ɗooftaare, e siynude gollal ngal Abel Sanndee ummaninoo ngal. Mbeɗe yiɗnoo anndude so tawii aɗa wondi e am e ngoo miijo. Miijo am ngoo tuugnii ko e geɗe jiytiniiɗe, ɗe kumpitii-mi gila haŋki, kam e kabaruuji ɗi keɓ-mi, ummoriiɗi mi banngeeji fof. »

Obri Lekonte

Caggal ɗum kadi, ñalnde 21/9/1890, Obri Lekonte neldi kadi Toteŋ ooɗo ɓataake garoowo : – « Feere nde njogii-mi, e nde kollittumaa-mi, ko so ina wona, ciynugol ko haalanoo ko, yo waɗire laana cuurki. Ñaago Guferneer yo neldu laana cuurki e caaɗngol Duwee, tawa e ka wona heen fotde lewru, walla lebbi ɗiɗi, haa tati. E nder oon sahaa, ma mi nelan hoohooɓe Tooro fof, mi waawna ɗum en kubbal teemedde nay (400) ngaari, e ujunere (1000) fetel, e pucci noogaas (20). Jogori yoɓde ngalɗo kubbal ko gure kollitanooɗe dow ɗee, kam e denndaangal salinooɓe hokkude Abel Sanndee soldateeɓe, yimɓe ɓe o jogornoo tohnude, so o artiino. Ko adii ndeen noon, ma mi heɓtu puccu Laam Tooro Sidiiki ndaneewu nguu, mi hokka ngu Arɗo Mbantu, ɓe hono jaggunooɗo Baydi Kacce, e cuusnooɗo wonande en, saanga nde denndaangal wallidiiɓe men ciññatnoo kulol sara haɓdiiɓe men, seegiiɓe (hono Baydi Kacce Paam, e Laam Tooro Sidiki, e Mammadu Yero).

OBRI LEKONTE.

Ɗiiɗoo telegaramuuji kollitii en wonde Tuubakooɓe ɓe, alaa ko njiɗnoo so wonaa tabitinde miijo mum en yiɗde feccude, e seerndude, ngam laamaade Fuutankooɓe fof, etee huunde fof ene jaratnoo ɓe heen. Goonga fof ɓe njiɗaano, alaa ko ɓe njiɗnoo so wonaa jiimde daande maayo ngoo, e yettoyaade maayo Niijeer (maayo Jaliba), e Weendu Caad.

Caggal nde Baydi Kacce Paam, e Laam Tooro Sidiki, e Mammadu Yero mbaraa, joom suudu Laam Tooro Sidiki, hono Njerebi Bah, winndiino ɓataake mum, yahi woytoyii, walla wullitoyii to Guferneer Ndar, ngam ñaawdude e Obri Lekonte, e warnooɓe joom galle mum e saɗtidiiɓe mum. Alaa fof to Njerebi yahaano. Alaa fof to o yettoyaaki, o yahi haa leydi Farayse, e ballal e woon e Tuubakooɓe « awokaaji » (avocats). Kono Tuubakooɓe ɓee njooɗii e ɓataake he tan, ɓe mbiyi ɓe ngondaaka mo, ɓe mbiyi ɓe ngoƴaa tan ko nafoore leydimaɓɓe, e laamateeri maɓɓe, e deeƴre mum…

Ko nii ɓee ngenndiyankooɓe njahri. Ko nii haala ka woppiraa. Kono haa hannde Fuutankooɓe njejjitaani ɓe. Ɓe njejjittaake haa abada, eɓe poti wuurtineede e nder daartol men.belly saar jowi tiido e piindi pulaar

Laissez une réponse

Nom *

Email *

Votre site